En quoi peut nous aider la chirurgie réfractive ?

Pour une raison ou pour une autre, on peut souffrir d’anomalies au niveau des yeux. Il s’agit de myopie, de presbytie, d’astigmatisme ou d’hypermétropie…

Corriger et trouver des solutions pour ses différentes pathologies, tel est l’objectif de la chirurgie réfractive.

Elle permet de se débarrasser du port de lunettes ou des lentilles de contact et ce, totalement ou alors partiellement.

Grâce à ce rôle important, elle fait aujourd’hui partie des interventions chirurgicales les plus essayées dans le monde entier.

Il est à connaître qu’elle n’est généralement pas proposée, ni bien évidemment imposée. C’est principalement un choix personnel, mais aussi une décision qui ne peut être prise qu’à la suite de la réalisation d’un bilan préopératoire indiquant la possibilité de l’intervention et ses limites.

L’essentiel dans ce genre d’opération est de faire le bon choix.

Vous devez surtout penser à vous mettre entre de bonnes mains. Des mains professionnelles, reconnues et qui proposent des formules intéressantes à ce sujet.

Vous n’allez pas faire n’importe quoi ! Vous allez subir une opération de chirurgie réfractive !

Dans cette page, vous trouverez des réponses à quelques-unes de vos questions :

Quels sont les conseils à suivre avant l’opération de chirurgie réfractive ?

Avant de prendre la décision de subir une chirurgie réfractive, beaucoup de questions peuvent nous tourmenter certainement.

Cette intervention me permettra-t-elle vraiment de me débarrasser des lunettes ? Combien me coûterait-elle ? Le coût serait-il matériel seulement ? N’y-t-il pas de risques à connaître ?

Que cela soit par obligation ou pour un objectif purement esthétique, l’idée est sans doute très intéressante, très séduisante. On ne peut qu’être bien d’accord là-dessus. Vous devez tout simplement être au courant de certains points :

Enlever les lunettes n’est pas garanti :

De nombreuses personnes croient que cette opération leurs permettra sans doute de se débarrasser des lunettes. Il est pourtant à noter que le résultat n’est pas garanti et qu’il dépend d’une part du degré de la myopie, mais aussi de la décision du chirurgien.


H3 Les techniques de la correction de myopie

Il existe en effet, plusieurs techniques et méthodes :

Le Lasik :  

Abréviation de Laser-Assisted In-Situ Keratomileusis.

C’est la technique la plus utilisée. C’est dans un premier lieu l’intervention du Laser pour découper un petit volet dans la cornée qui sera soulevée pour préparer une deuxième intervention Laser, celle pour « creuser » la cornée afin de corriger la myopie. Le volet sera finalement repositionné.

La PKR :

Abréviation de Photokératectomie réfractive.

C’est la technique la plus ancienne qui peut provoquer certaines douleurs et nécessiter des pansements. En effet, le chirurgien intervient pour débarrasser la cornée de son épithélium. C’est par la suite que le Laser est appliqué.

Le Smile :

Abréviation de Small Incision Lenticule Extraction.

C’est la technique la plus utilisée en France et ce, depuis de longues années. Grâce au Laser une petite lentille est découpée. Son épaisseur dépend du défaut à corriger.

L’opération dure approximativement 15 à 30 minutes pour chaque œil.

Le résultat

Dans notre ère moderne et avec les outils et matériaux disponibles, tous les lasers sont fiables et efficaces. L’essentiel est de bien choisir le spécialiste qui sera responsable de l’intervention chirurgicale.

Il doit être spécialisé dans le domaine depuis des années et être capable de manipuler les appareils qui seront à sa disposition.

Il est aussi important de bien se renseigner sur les tarifs de la chirurgie réfractive et de bien choisir la clinique où sera réalisée l’intervention.

La prise en charge

Considérée principalement comme une intervention chirurgicale à objectif esthétique et de confort, la chirurgie réfractive ou de la myopie n’est pas remboursée par la sécurité sociale, ni par les autres assurances et même les garanties complémentaires.

Quels sont les risques de la chirurgie réfractive

La quasi-totalité des chirurgiens ophtalmologues reconnaissent la possibilité d’une déception à cause des effets secondaires tels que la sécheresse oculaire. C’est le problème le plus récurrent. Il dure entre 3 et 6 mois, mais il peut s’agir également d’une sécheresse déjà existante. Parmi les autres complications, on peut évoquer la vision de halos lumineux, qui est devenue rare grâce aux nouveaux lasers.

C’est justement pour éviter ce genre de risques, qu’on se permet de vous inviter à bien choisir votre chirurgien ophtalmologue. Le professionnel expérimenté sera capable de vous conseiller de la meilleure façon et de vous faire part des explications les plus claires et les plus adaptées à votre besoin.
Encore une fois, avant de vous engager, de dire oui et de signer, veuillez bien choisir le chirurgien ophtalmologue qui sera responsable de votre opération.
Privilégiez les services d’une équipe médicale de renommée, reconnue par les conseils pertinents et par le traitement efficace des demandes de la patientèle.
Votre demande est assez particulière et demande une attention particulière et un service médical spécifique.
Soyez convaincu par ce que vous dis vote médecin pour être satisfait du résultat.



0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *